Par Christian Nsimba LUYANGU, Journaliste et Blogueur

A quelques jours de l’élection des gouverneurs, il m’a semblé impérieux d’avertir la base de l’UDPS. Cette base qui apparaît aujourd’hui comme la tranche de la population la mieux écoutée du nouveau pouvoir en République Démocratique du Congo.

Quand les sénatoriales ont eues lieu, plusieurs congolais fanatiques du nouveau régime ont encaissé, d’autres même ont applaudi les actes de vandalisme posés et le comportement barbare manifesté par certains militants de l’UDPS. Ils n’ont pas condamné, oubliant que les élections continuent encore.

Les résultats de ces élections ont amené la base à saccager et piller les maisons de certains députés provinciaux de leur propre parti, à visiter également le siège du PPRD. Un élément de la police sera lapidé jusqu’à rendre l’âme. Des actions qui n’ont rien apporté de concret, ni avancé le Congo.

Pour preuve, les mesures prises par le chef de l’État de suspendre l’installation du sénat et de reporter l’élection de gouverneurs n’ont duré que quelques jours. Il fallait très vite calmer la pression de la base innaretable. Une option qui a réussie. Comme nous pouvons le constater, cette même chambre-haute bourrée des sénateurs qualifiés de corrupteurs et votés par des corrompus va être installée. Aussi, le scrutin pour le gouverneurs de provinces aura finalement lieu ce 10 avril 2019 d’après le calendrier révisé de la CENI.

Cette situation me pousse à me poser des questions suivantes : la base de l’UDPS a-t-elle eu raison d’agir ainsi? le nouveau président va-t-il toujours céder aux caprices de sa base?

La base de l’UDPS doit savoir que les élections se préparent. les sièges, les postes on le gagnent, on ne le revendiquent pas. Et si l’on est pas convaincu par les résultats, il y’a des voies légales et pacifiques prévues pour faire le recours. Pas le barbarisme.

Si au départ la base, elle même; n’a pas pu donner au parti une majorité à l’Assemblée Nationale, ni aux Assemblées provinciales, je ne vois pas par quelle magie le parti pourra gagner plus des gouverneurs. Surtout que l’enjeu se joue face à leur partenaire, le FCC.

C’est pourquoi, j’exhorte à l’Union pour la Démocramatie et le Progrès Social; parti au pouvoir de rompre avec ce comportement d’un parti de l’opposition selon la conscription africaine Au lieu de réfléchir aux troubles à causer après la publication des résultats, la base préparer l’ élection des gouverneurs mais surtout de préparer leurs esprits à se contenter des résultats qui seront publiés après cette élection du 10 avril 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Page d’opinions « Ce que nous ne devons pas accepter en tant que citoyens », Jean Claude Katende

Par La Rédaction La République Démocratique du Congo est un pays qui appartient à tous les…