Par Ruben Mayoni

Un atelier des résultats du « Projet Plus » a été organisé du 12 au 13 mars au cercle Elais de Kinshasa. Ces assises de deux jours ont tourné au tour des réserves forestières de la RDC qui dispose plusieurs aires protégées et réserves, qui malheureusement souffrent de dégradation à travers le territoire national. Et pourtant, ces zones indispensables maintien l’équilibre climatique.

« Ces espaces doivent être restaurés pour continuer à assurer leur rôle en faveur de la planète. C’est le cas de le dire pour la réserve de Mangaï, d’une superficie de 1.176.875 ha, longtemps oublié et laissé à son triste sort, mais regorgeant une riche biodiversité, à l’instar des hippopotames. La biodiversité de la réserve de Mangaï qui doit être conservée pour renforcer le rôle des forêts contrôlées par les communautés » a indiqué Joseph Mapilanga, Représentant DG ICCN

Grâce Baruka, coordonnateur national du projet de stabilisation de l’utilisation des terres à l’Union internationale pour la conservation de la nature, UICN, a donné les objectifs de ce projet et les résultats atteints pour la restauration de la réserve de Mangaï.

« Dans le cadre de ce projet, l’UICN s’est engagée dans un processus d’appui à la gestion durable de la réserve de Mangaï en utilisant une approche de gestion paysagère en partenariat avec the Forest dialogue des États-Unis et l’organisation congolaise des écologistes et amis de la nature, Océan.

Le projet a comme objectifs, démontrer les avantages de la conservation et du développement dans les paysages ciblés, grâce à une meilleure utilisation des catégories V et VI des Aires protégées, et faciliter l’alignement des résultats, des leçons et des connaissances du projet et leur intégration dans les politiques et stratégies nationales, sous-nationales et paysagères.

Au niveau national et pour concilier les objectifs de conservation et du développement, la RDC s’est engagée à restaurer 8 millions d’ha des terres dégradées et déboisées d’ici 2030.

Le Projet Plus porte sur la restauration du paysage forestier, la méthodologie d’évaluation des opportunités de restauration et le dialogue sur l’utilisation des terres. Une étude de restauration menée pour cette réserve de Mangai dans la province de Kwilu dont les résultats ont été présentés et validés au cours cet atelier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Kinshasa : Internews sensibilise les journalistes à éviter la désinformation

Par Jean-Hilaire Shotsha Au cours d’un café de presse organisé jeudi 2 mai 2019, Int…