Propos recueillis par Prisca Lokale

Ingénieur agronome et représentant de Ypard en RDC, un réseau international des jeunes professionnels mis en place depuis 2006 pour le développement agricole, Aimé Kazika a indiqué, au cours d’un entretien, que son pays, la République démocratique du Congo a près de 90% de terre qui chôme.

BDC : Vous êtes ingénieur agronome et Représentant du projet Ypard en RDC. Pouvez-vous nous parler dudit Projet ?

Aimé Kazika : Ypard est un réseau international des jeunes professionnel mis en place depuis 2006 pour le développement agricole. Né dans un contexte où l’on a remarqué que les jeunes n’étaient pas très impliqués dans les questions de politique agricole. C’est ainsi qu’un groupe des jeunes se mettra ensemble pour réfléchir sur comment travailler à l’intégration des jeunes dans ce domaine. En République Démocratique, nous nous sommes installés en 2016.

BDC : En Deux ans, combien d’activités avez-vous déjà réalisées en République Démocratique du Congo ?

Aimé Kazika : Nous avons mené beaucoup d’activités jusque-là. Du point de vue organisationnel, nous élaborons un plan de travail annuel en début d’année. Nous prévoyons un  mois pour une activité de plaidoyer et le mois qui suit, une activité de terrain. Ce qui permet aux jeunes de lier formation à la pratique. Nous avons organisé des formations sur l’élaboration de projets,

BDC : En intégrant le réseau Ypard en 2016, quels étaient les défis que vous vous êtes fixés pour la RDC ?

Aimé Kazika : Lorsque nous avons intégré ce réseau à partir du Cameroun, notre objectif était de porter la voix des jeunes au niveau des responsables politiques congolais pour que la question des jeunes soit intégrée dans le plan de développement agricole. Il y a un mois, nous avons rencontré le ministre de l’agriculture nous lui avons parlé de la structure, de nos projets et nos objectifs. Nous parrainons également des jeunes qui veulent participer à d’autres

BDC : Selon une étude géographique du pays, seulement 10% de terre sont mises en valeur sur un total des 80 millions d’hectares arable. Comment faites-vous pour booster le développement agricole en RDC ?

Aimé Kazika : C’est une réalité. La République Démocratique du Congo a près de 90 % de terre qui chôme. Pour pallier à cette insuffisance, nous amenons les jeunes qui ont fait le droit, la médecine, et autres à travers nos activités de terrain dans une ferme pour apprendre ce que c’est que l’agriculture intégrée, comment investir dans ce domaine. A la fin, ils apprennent à aimer et développer le secteur de l’agriculture. Nous utilisons également les réseaux sociaux pour vulgariser nos activités et attirer plus de jeunes.

BDC : En 2017, lors de la célébration de votre premier anniversaire en RDC, Lisette Mbakata, une de vos membres a affirmé que votre fonctionnement dépend uniquement de la cotisation de membres. Vers une troisième année aujourd’hui, comment faites-vous pour trouver le financement du projet ?

Aimé Kazika : C’est une affirmation vraie. Jusque-là, notre fonctionnement est encore lié aux cotisations de nos jeunes membres. Nous sommes en train de négocier un partenariat avec l’IITA (Institut International de l’agriculture tropicale) et le Ministère de l’Agriculture à travers le projet PEJAD (Projet d’appui à l’Entrepreneuriat agricole). Le ministre actuel nous a facilité la signature d’un arrêté, nous continuons à travailler dessus.

BDC : Bientôt la RDC va connaitre un nouveau gouvernement. En tant qu’expert en développement agricole, quels sont les défis que ce gouvernement devra relever dans le secteur de l’agriculture ?

Aimé Kazika : A ce gouvernement, je donne deux propositions. La première, c’est de revoir à la hausse le budget alloué à l’agriculture en RDC qui ne dépasse pas 3% alors que l’accord de Maputo prévoit 10 %. C’est un budget très faible. La deuxième proposition, c’est d’intégrer le ministère de la jeunesse à celui de l’entrepreneuriat. De cette manière, on aura le ministère de la jeunesse et de l’Entrepreneuriat des jeunes. Parce que le secteur de l’agriculture peut créer autant  d’emplois que tout autre secteur.

Pour devenir membre du réseau, une rubrique « Comment devenir membre » a été créée dans le site internet (Ypard.net). Il y a également un groupe WhatsApp où tous les jeunes membres interagissent mais aussi accéder à la page Facebook (Ypard RDC).

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Elections-RDC : Les candidats présidents et leurs budgets utopiques

Par Joslin Baba L’heure de la campagne électorale a sonné. Chaque candidat à la prés…