Par Thérèse Ntumba

Le 21ème siècle a apporté une nouvelle technologie dans la circulation routière. Des appareils électroniques en forme humaine ont commencé à réguler la circulation des véhicules et le passage des piétons. Une invention qui essaie de réduire le taux d’accidents sur les grandes artères des villes modernes. À Kinshasa, certains conducteurs ont préféré bouder les robots roulage de Thérèse Kirongozi.

Les motards, les plus pressés de tous

C’était lundi, 01 avril 2019, à bord d’un bus 207 (communément appelé Esprit de mort), sur le boulevard Sendwe, nous tendons vers Pont Gaby. Un robot roulage est installé au croisement de l’avenue Kasa Vubu, du Boulevard Sendwe et le boulevard triomphal, trois grandes artères de la capitale kinoise. Le robot affiche le feu vert à notre direction. Tous les véhicules de Sendwe peuvent passer au boulevard Triomphal. Dans la direction opposée, une dizaine de motards roulant à vive allure, se pressent de traverser. Heureusement ! Notre chauffeur de 207, a manqué la malchance de ramasser l’un d’eux avec son client, jeune homme d’une vingtaine révolue. À quelques mètres, 4 policiers de circulation routière (PCR) qui ne savent plus gérer les véhicules parce qu’en même temps, c’est le feu rouge qui s’affiche dans notre direction. Nous avons pris 30 minutes de retard.

Les remorques qui se croient prioritaires

Cap sur le boulevard Triomphal dans son croisement avec l’avenue Assossa. Ici, deux PCR surveillent la circulation avec le robot Roulage. C’est le feu rouge dans la direction Assossa. Une remorque d’environ 5 mètres s’est déjà allongée sur la rue. Impossible de passer dans un sens et dans l’autre. Bloqué, le conducteur de cet engin descend pour demander la passe à l’un des roulages, « n’eut été l’urgence de faire passer les autres, tu passerais nuit dans un cachot » lui répond le PCR. Et là encore, 30 minutes s’envolent au milieu des cris et des insultes entre conducteurs. Et ce n’est pas fini!

L’avenue du 24 Novembre à un robot roulage dans son croisement avec l’avenue Nyangwe. Là encore, une autre remorque, très pressée, a manqué de renverser deux vieilles dames avec un petit garçon qui les accompagnait.

Quand on est pressé, on oublie le principe sacro-saint de la vie humain ? déplorable

Dans une RDC qui se fabrique des robots roulages, on est fier. Mais, on devrait en même temps penser aux formations et ateliers de renforcement de capacité ou de mise à niveau de conducteurs des véhicules et du personnel circulation routière. Un code de bonne conduite pour ces deux catégories des personnes peut diminuer le taux d’accidents de circulation et des embouteillages dans la ville de Kinshasa et sur toute l’étendue du pays. Sinon, on ne voit pas à quoi ça sert, le Robot roulage dans la capitale kinoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Greenpeace : Halte à la destruction des tourbières du bassin du Congo

Par Ruben MAYONI et Joslin BABA Dans un communiqué rendu public le 28 juin dernier, l’ONG …